J’aimerais raconter ma rencontre avec l’homme que je reconnais comme ma flamme jumelle même si je préfère aujourd’hui l’appeler mon jumeau cosmique, les flammes jumelles ayant une connotation trop romantique à mon sens.

 

Cet homme ne me reconnaissant pas comme sa fj, je me contenterai, par respect pour lui, de ne relater que mes ressentis personnels et les quelques phrases qu’il a pu dire et qui ont déclenché certaines choses en moi. Ses ressentis lui appartiennent.

 

Rappel des faits : J’ai retrouvé cet homme début décembre 2012 sur un forum consacré à la spiritualité.

Nous avons communiqué par mails privés, puis par téléphone.

J’ai eu sa photo 10 mois plus tard.

Nous avons commencé à nous parler par webcam en février 2014.

Notre rencontre a eu lieu le 12 mai 2014, 17 mois après nos premiers échanges.

 

Cette rencontre a été décidée seulement quelques jours plus tôt, parce que les choses changent très vite et parce que, pour ma part, je savais que cela provoquerait des symptômes de préparation, d’initiation. Effectivement, j’ai eu une hypersensibilité de la peau, le syndrôme de jambes fatiguées, douleurs articulaires, musculaires, alors que mes analyses médicales montrent que je n’ai plus de fibromyalgie.

J’ai mal dormi. Néanmoins, même si je me demandais comment cette rencontre se passerait, j’ai évité toutes projections concernant ce que je savais suite aux témoignages de retrouvailles avec sa flamme jumelle. Chaque histoire est différente, par conséquent, chaque rencontre l’est également. Cela dépend de qui vous êtes, de ce que vous avez vécu personnellement dans cette vie et dans vos vies antérieures, le karma à résoudre …

 

La veille, j’ai commencé à me sentir porter, et savoir que j’allais le voir enfin en vrai me semblait, par moment, irréel et à d’autres, normal.

Dans la nuit j’ai peu dormi. J’étais déjà partie ! Je me suis sentie à la fois calme et excitée. Je m’en suis totalement remise à l’Univers, avec Confiance et Foi !

J’ai revu notre histoire depuis le début, les moments les plus merveilleux comme les plus difficiles, et j’aime tout. Chaque instant.

Et j’ai versé des larmes, en totale acceptation de ce qui est. Et remplie d’Amour pour lui, pour moi, pour Tout.

 

J’ai pris le train, et moi qui avais peur de tous les transports, celui-ci en particulier, je n’ai ressenti aucune angoisse. J’avais travaillé sur cette peur 1 an plus tôt et je suis fière de constater que cela a porté ses fruits et tient dans la durée. Je me sentais en parfaite sécurité, j’avais demandé le soutien, la présence et la protection de mes guides. Je savais que rien ne pouvait m’arriver. Et je sentais la force tranquille de mon jumeau me porter.

 

Quand je suis descendue, il n’était pas là pour m’accueillir, il avait du retard. Puis nous sommes allés au devant l’un de l’autre. Et nous nous sommes fait la bise. Sur le moment, je n’ai rien ressenti, rien réalisé. Par contre, je me suis sentie à l’aise, comme je l’ai toujours été avec lui. Comme si je l’avais toujours connu.

Dans les transports en commun, nous étions proches et je pouvais lui parler en fixant ses yeux. Il n’y avait aucun ego, aucune séduction. Un homme et une femme qui se rencontrent. Mais il devait se passer beaucoup de choses déjà, vu le regard des gens sur nous. Ils regardaient dans notre direction, dubitatifs, ne semblant pas comprendre ce qui se passait. Je ne m’en suis rendue compte que plus tard.

 

Nous avons été dans un parc, nous sommes assis sur un banc. On a parlé de spiritualité, on a eu les mêmes discussions que nous avons à distance. Je lui ai offert les cadeaux que j’avais apporté pour lui, je lui ai montré mes pierres.

Nous portions tous les deux du orange. Et ça, c’est mon jumeau qui me l’a fait remarquer !!! Les similitudes sont devenues tellement normales que je n’y prête plus attention.

 

Il y avait du vent, et nous sommes allés nous asseoir sur l’herbe, derrière un bosquet. Il s’est mis à pleuvoir, alors nous nous sommes abrités sous son parapluie. Nous étions l’un contre l’autre, et je serais bien restée là ! Mais la pluie s’est faite plus forte, alors nous avons couru jusqu’à un bar-restaurant où nous avons trouvé refuge.

Il était assis en face de moi, mais je préférais le sentir à mes côtés. Il y avait du bruit, je me sentais mal à l’aise, l’endroit étant trop confiné.

Un peu plus tard, nous sommes retournés à la gare et nous sommes mis au chaud dans la salle d’attente.

 

On était en train de parler quand soudain il me dit : « si on se voit aujourd’hui, c’est parce que j’ai rattrapé ma semaine de retard. Là on est en train de fusionner. »

Au mot « fusion », je me suis concentrée sur ce qui était en train de se passer, et j’ai senti immédiatement la fusion de nos Sois Supérieurs au-dessus de nous, ainsi que de très fortes vibrations dans mon corps. C’était si fort que ma respiration et mon rythme cardiaque se sont accélérés, je le regardais comme si j’étais Marie Madeleine en train de contempler son Jésus, il n’y avait plus rien autour de nous, je me suis sentie transporter dans un monde au-delà du temps et de l’espace.

Je lui ai dit en riant : « Là, je ne peux plus parler. »

L’énergie me scotchait sur mon siège.

Et il m’a répondu : «  ton corps parle pour toi. »

J’ai ajouté : « oui je sais »

Avec le recul, je serais bien curieuse de savoir ce qu’il comprenait de ce que mon corps lui envoyait comme message. Mais je suis comme ça, les choses me semblent tellement évidentes, puis après, le mental prend le dessus et je ne sais plus.

J’ai arrêté de le regarder, parce que j’ai eu la vision de lui et moi en train de nous embrasser. J’ai regardé ailleurs, histoire de reprendre contenance et nous avons coupé la connexion.

 

Nous sommes allés marcher et nous avons trouvé un coin pour parler debout. Je suis montée sur un radiateur afin d’être à sa hauteur. Il me semblait si loin. Je lui ai demandé de me donner ses mains. Je les ai serré dans les miennes, et on a laissé l’énergie s’écouler.

J’étais tellement bien, en confiance, en sécurité.

J’ai bien regardé la couleur de ses yeux, et je pouvais m’y plonger sans aucune gêne. Je m’y engloutissais, sans crainte.

 

Dès qu’il se trouvait à 50 cm de moi, j’avais l’impression qu’il était à des années Lumière alors que les gens qui étaient plus éloignés me semblaient trop proches.

 

J’ai pu lui ouvrir mon cœur, encore plus facilement que par téléphone ou webcam, alors que je n’arrive généralement jamais à dire ce que je ressens au fond de mon cœur. C’était fluide, naturel, évident.

 

Sur le quai de la gare, je n’ai pas pu me retenir de lui tenir les mains, sa main gauche, dans mes deux miennes. Je n’avais pas envie de le lâcher. J’étais triste de partir.

Je sais que la séparation n’est qu’une illusion, ainsi que le temps et l’espace.

J’étais contente de l’avoir vu en chair et en os, d’avoir été si patiente pour vivre ça dans la matière. D’avoir eu la confirmation qu’il est mon jumeau cosmique, comme je le sens depuis le début. Sa présence a décuplé ma Lumière comme en atteste les photos que l’on a prise de nous deux.

 

Le lendemain, je me suis sentie très triste, il m’arrive aussi de pleurer souvent depuis. Il y a beaucoup de choses qui se passent pour moi, au niveau énergétique.

Je ressens tellement d’Amour pour cet homme. Je n’ai jamais ressenti ça avant. C’est tellement fort, incroyable, merveilleux que ça me fait pleurer de bonheur.

 

Infinie gratitude pour Dieu. Infinie gratitude pour mon jumeau. Infinie gratitude pour moi.

 

SAM, le 23 mai 2014

Retour à l'accueil